Voyage initiatique au cœur de la peur

On m’avait prévenu il y a quelques jours que mon voyage/apprentissage allait continuer et je ne m’attendais pas à une telle expérience. C’était à la fois terrifiant et transcendant. Cela à pris la forme d’un voyage astral, d’une sortie consciente.

J’ai ressenti et vécu la sortie au point de voir mon corps physique et ma chambre mais avec une vision plus féerique et lumineuse, j’ai ensuite traversé le sol. La première fois c’est assez déroutant mais avec le temps, je m’y suis fait et c’est assez cool. J’ai appris à reconnaître le chemin, généralement quand j’ai la sensation de monter, je me pose pas trop de questions mais quand je descends ou chute, là je me dis que ca va être moins sympathique.

Cette fois-ci, j’ai laissé le truc se faire mais toujours avec une appréhension quand même…normal, on va ou là?

A ce moment, c’est devenu beaucoup moins sympa, j’ai ressenti un percement au niveaux des oreilles, du lourd! Il faut imaginer 2 marteaux piqueurs qui percutent mes tympans et avec le même bruit : effroyable! Ensuite j’ai ressenti une activation qui prenait de plus en plus de puissance, au niveau sonore et ressenti, il faut s’imaginer être au volant d’une formule 1 : effroyable! Là je me suis dit c’est du lourd! J’ai ressenti également la sensation de vitesse.

J’ai revécu cette scène sans rien voir, 3 ou 4 fois, de plus en plus puissamment!

Et entre chaque activation, j’avais des exercices à faire, l’apprentissage a été ferme mais bienveillant! Je devais recommencer à chacune de mes erreurs. J’ai compris que l’entrainement allait être rude, très rude. Surtout que le travail était axé sur les peurs.

J’ai oublié une partie du voyage mais j’ai encore l’impression d’avoir vécu toutes sortes de peurs jusqu’à l’enfermement, je crois bien qu’on m’a enterré vivant. A chaque fois, je devais recommencer, jusqu’à comprendre et intégrer l’enseignement.

A chaque test/mise en situation validé, je passais à une autre étape.

Ce que j’ai retiré de cet enseignement est : apprendre à se détacher de la peur, à lâcher prise face aux situations stressantes mais surtout dangereuses.

Ou comment ne plus avoir peur de la peur quand elle est vécue!

Je parle pas de la peur du lendemain ou il est plus facile de se détacher, je parle de la peur vécue face à une situation réelle et concrète. Piégé dans un incendie ou dans un avion en perdition ou il ne semble n’y avoir aucune échappatoire!

L’apprentissage a été d’apprendre à lâcher prise, à se détacher totalement : au niveau du corps et de l’esprit!

J’ai compris la chose suivante : une expérience à le pouvoir de révéler et réveiller une peur, à partir de cet instant on commence alors à imaginer un futur possible à la situation. Mais on oublie toujours que ce n’est qu’une possibilité parmi tant d’autres. Tu as choisis celle là mais tu aurais pu en choisir une autre.

Du genre : Un lion est devant toi et cela réveille la peur de mourir! Mourir fait bien partie des futurs possibles mais ce n’est peut être pas cette fin que tu vivras. Alors à quoi bon avoir peur? Facile à dire…j’en ai les tripes encore toutes retournées 10 heures après…

Concrètement, la solution que j’ai trouvé a été d’abandonner mon corps et mon esprit et de lâcher prise sur la suite de l’histoire. Je laisse faire, ferme les yeux et respire profondément, dans une profonde paix. Oui, je vais peut être mourir (clore cette histoire) mais avoir peur ne changera en rien « la fin » de l’histoire. La peur ne me fera vivre que l’enfer. Et dans les 2 cas je meurs!

Une phrase qui résume tout : La peur n’évite pas le danger.

La peur ne change pas le résultat, tu peux avoir peur ou pas, de toute façon tu ne fais qu’imaginer une suite possible. A notre niveau de conscience, nous sommes plus spectateur que créateur conscient. Le reste est une illusion, personne ne sait réellement ce qu’il va vivre le lendemain ou dans 5min.

Il nous est tous arrivé d’avoir peur pour un événement se produisant le lendemain : une réunion, une rencontre. Concrètement, on ne fait que se projeter dans une illusion, demain n’existe pas car il n’y a de réel que l’instant présent, ici et maintenant.

Voici quelques citations de Philippe de Lyon:

« Il ne faut jamais avoir peur.
On a peur de quoi? D’être blessé, d’être tué, d’être humilié?
De quoi peut-on avoir peur puisqu’on ne meurt pas?
Il ne faut avoir peur de rien. »

« Pour ne pas avoir peur, il suffit de faire abandon de soi-même.
Si l’on veut nous dévorer, qu’est-ce que cela peut faire?
Autant que ce soit nous qu’un autre qui soyons dévorés. »

A méditer

0

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *