Exprimer sa vérité – Lever les interdits

Il y a tant d’interdits et de conditionnements que l’humain ne peut exprimer sa vérité sans avoir la peur d’être jugé, de déplaire ou de bien d’autres choses. En fait l’inverse d’un être totalement libre.

L’humain reste donc enfermé, emprisonné, la bouche muselée par les interdits et les conditionnements acquis à travers l’expérience humaine. Il souffre de ne pouvoir exprimer sa vérité intérieur car elle ne respecte peut être pas les normes et les dogmes, peut être souffre t-il aussi d’un manque de confiance en lui, voir de la peur ancestral d’être jugé.

C’est une souffrance enfouie en l’humain. Je la perçois en clairvoyance au niveau de ma trachée (Chakra de la Gorge), elle prend la forme d’un Scorpion avec son aiguillon prêt à piquer, agressif, il est le gardien des interdits.

La première chose qui est venue à mon esprit est le nom de Saint Thomas et plus particulièrement, la citation qui lui est rattachée.

« Je ne crois que ce que je vois »

Je n’ai pas toute suite vu le lien avec la peur de s’exprimer, il m’a fallu plusieurs jours pour intégrer cette information : pour  moi cela veut dire qu’il est difficile de croire à sa vérité tant que l’on ne peut pas prouver sa véracité! Dans le sens  ou, nous (croyons) avons besoin de repère extérieur pour prouver notre vérité, nous avons toujours besoin d’être confirmé.

Cela revient à faire une découverte, à avoir un éclair de génie ou à avoir un ressenti mais de toujours être confronté à la peur de se tromper ou de dire une connerie, voir de ne pas croire en Soi, par réflexe, nous cherchons alors à être validé par un autre.

Ensuite, j’ai l’image du tapette qui me viens à l’esprit, prête à se déclencher au premier mouvement de la langue. Une limite existante dans mon système, bloquant ma libre expression au sens large.

J’ai le droit à une petite chanson :

Je te tiens,
Tu me tiens,
Par la barbichette
Le premier
De nous deux
Qui rira
Aura une tapette.

A méditer 🙂

Faire tomber le masque et être libre d’exprimer sa joie, sa colère, son rire ou ses larmes devant l’autre/devant Soi.

************

Puis viens la peur d’être jugé, j’ai l’image d’un bourreau et d’un bûcher, cela me parle d’obscurantisme :

Tout propos sortant des normes est trompeur : il attente donc à la vérité, il est hérésie, blasphème et, une fois ce crime matérialisé, il mérite sanction (bûcher, anathème, etc.) Wikipedia

C’est un cadeau à l’enfant, une offrande ancestral qui nous met dans les meilleurs prédispositions pour débuter notre nouvelle histoire sur Terre. C’est un conditionnement offert à l’humanité, une auto censure inconsciente à notre libre expression.

C’est la chasse aux sorcières, en fait les religieux en ont profité pour tuer tous les opposants aux dogmes, au dieu unique et à l’unique vérité de l’église. Du coup l’homme s’est caché pour éviter de mourir, il a tout simplement cacher sa vérité. C’est l’uniformisation des hommes pour en faire de jolies moutons. Cela à bien évidemment commencé avant cette période.

Et puis il y a aussi l’héritage familial qui est différent pour chacun de nous, la censure propre à la famille sur l’expression au sens large.

A l’enfance, l’enfant semble libre, puis il commence à imiter ses parents par amour et à aseptiser sa parole. Il suffit de regarder autour de nous et de voir la différence entre la parole d’un enfant et d’un adulte. Il est bien loin maintenant l’enfant que nous étions qui savait dire non, j’aime pas ça, j’aime pas les haricots verts? Sans se soucier de la complaisance.

On nous a tous simplement appris à mentir, à renier notre vérité pour être polis, sociable. Mais exprimer autre chose que notre vérité, c’est mentir à Soi-même.

Et puis le choc de l’adolescence, quand nous avions l’envie d’exprimer nos idées nouvelles, nos vérités, la porte s’est refermé un peu plus, parfois brutalement pour certains, car nous manquions d’expérience ou de sagesse aux yeux de nos aïeux ou par peur de remettre en cause trop violemment des croyances et dogmes bien établis. Et en même temps comment leur en vouloir car en réalité, ils ont subit le même processus… Des enfants ils étaient.

Moralité de l’histoire, il n’y a pas une seule vérité car chacun à une vision unique du Monde, il perçoit le monde à travers ces conditionnements, ces souffrances et ces croyances. Votre vision, votre vérité n’est pas la meilleur, c’est simplement la vôtre! Une vérité érigée en Dogme, n’est qu’une vision acceptée par un grand nombre. Nous vivons dans un monde de croyance où tout est vrai et en même temps, tout est faux.

Exprimez votre vérité comme l’on fait vos aïeux, vous serez peut être l’instigateur de quelque chose de nouveau, d’un nouveau courant dans la Vie, sans crainte d’être brûlé vif.

J’ai l’image d’une porte qui s’ouvre, c’est la porte de mes interdits, je vois des choses uniformisées défiler devant moi pour être détruites. Affaire à suivre…

Mais en même temps quelle est la différence entre un rêve et la réalité? A méditer 😉

0

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *